La belle histoire de Camille, auto-entrepreneure en développement web à 21 ans

Lorsque je suis entrée en contact avec Camille pour recueillir son témoignage, cela faisait quelques jours à peine qu’elle avait déclaré sa micro-entreprise. Elle est donc une toute jeune entrepreneure et c’est ce qui rend son témoignage aussi intéressant !

Si vous cherchez à vous lancer dans le freelancing, vous pouvez vous inspirer de nombreux autres indépendants. Mais si vous vous comparez à des freelances avec plusieurs années d’expérience, il y a de grandes chances que vous vous découragiez. Pensez à voir ce que font les freelances avec une expérience similaire à la vôtre.

Camille, 21 ans, et déjà entrepreneure !

Camille travaille depuis quelques mois dans le développement web. Elle accompagne les particuliers, freelances et PME dans la création de sites Internet et dans le développement de leur présence en ligne. Mais en réalité, cela fait 3 ans qu’elle fait mûrir ce projet. 

Des études dans l’informatique

Camille a obtenu un Bac STMG SIG (informatique) avant de continuer ses études avec un BTS en informatique. En ça, elle me fait penser à Alice, développeuse web que j’avais interrogée pour mon tout premier portrait ! Durant ses études, Camille apprend à développer des applications et des logiciels. Elle réalise également des stages dont l’un auprès d’une micro-entrepreneure. Celle-ci l’inspire énormément à se lancer à son tour en freelance. 

A la suite de ce stage, Camille est décidée à devenir entrepreneure. Elle veut créer des sites Internet, accompagner les indépendants dans leurs projets web, etc. Elle se renseigne sur le sujet, entre en contact avec d’autres freelances et décide finalement de changer de spécialité dans ses études. “J’ai fait une licence de développement multimédia qui comprend la conception de sites web (avec ou sans CMS), la création de visuels, un peu de montages vidéos et la création de publicités”. 

Etudiante et entrepreneure

Aujourd’hui, Camille fait partie des nombreux étudiants qui lancent leur activité de freelance en parallèle de leurs études. Elle réalise un Master pour devenir Experte Digitale et développe sa micro-entreprise dans le même temps.

Ce statut a de nombreux avantages, et notamment un avantage financier. En effet, il permet aux étudiants d’avoir une première source de revenus durant leurs études. Cela leur apporte également beaucoup d’expérience avant même d’être diplômés. Et généralement, c’est le moment idéal pour essayer une nouvelle expérience. Ils ont très peu à perdre (pas de maison à rembourser, généralement pas d’enfants, etc.) et, suivant les études, ils ont plus de disponibilités pour développer leur entreprise

Rappelez-vous, c’est également le choix qu’avait fait Brice et qu’il nous expliquait dans son portrait ! Et ça lui a plutôt bien réussi. 

Camille a du faire preuve de détermination pour faire accepter sa décision de devenir entrepreneure à son entourage.

Faire accepter sa décision

Lorsque l’on a 21 ans et qu’on annonce à son entourage que l’on va lancer sa micro-entreprise, les réactions peuvent être mitigées. Selon Camille, “il faut avoir du courage pour monter son entreprise, dans le sens où parfois il faut se mettre à dos ses proches pour arriver à son objectif”.

Ces difficultés avec l’entourage sont abordées dans de nombreux portraits sur mon blog. En effet, il est souvent difficile de trouver le soutien dont on a besoin pour oser sauter le pas. Et surtout quand on est une femme ! Pour Camille, la différence de traitement a été frappante lorsque son frère a également émis l’idée de devenir indépendant. 

J’ai deux ans de plus que Camille et je dois dire que je m’étais préparée à recevoir ce genre de remarques, notamment sur mon jeune âge, de la part de prospects. Mais lorsque celles-ci viennent de la part de notre propre entourage, il est beaucoup plus difficile de les ignorer. 

Pourtant, Camille a su faire preuve de détermination afin de mener à bien son projet. Malgré son âge, malgré le fait qu’elle soit une femme et malgré toutes les remarques qu’elle a pu entendre, elle est bel et bien devenue freelance en développement web.

Se faire confiance et s’entourer des bonnes personnes

Voilà le conseil de Camille aux futurs freelances parmi vous. Comme beaucoup d’indépendants, elle considère que le réseau que l’on se crée est essentiel. Il peut être composé de proches encourageants mais aussi de relations “professionnelles” bienveillantes. 

“Quand j’ai commencé à découvrir le monde de l’entrepreneuriat, mes proches, d’abord mes parents, ont pensé que c’était juste un projet de passage et étaient contre”. Finalement, à force de prouver son sérieux et sa détermination, Camille a réussi à convaincre sa famille. Bien sûr, la génération de nos parents ne voit pas le monde du travail de la même manière que nous. Mais, sans pour autant les forcer à comprendre, on peut attendre d’eux confiance et soutien. 

Et si ce n’est pas le cas, construisez votre propre réseau d’entraide et de soutien. Contactez d’autres freelances ou futurs freelances sur les réseaux. Personnellement, ils m’ont tous toujours répondu. Et à mon tour, je réponds du mieux que je peux à toutes les interrogations que je reçois de la part de futurs indépendants.

Merci à Camille pour avoir partagé son témoignage sur ce blog. Je te souhaite la meilleure réussite dans ta vie de freelance. Vous pouvez la retrouver sur son site Internet ici !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *