La belle histoire de Christina : une Mampreneure aux multiples casquettes

Devenir freelance, c’est souvent choisir de vivre de sa passion. C’est également choisir la liberté d’organiser ses journées comme bon nous semble. Pour cette raison, le freelancing est choisi par de nombreux parents, souhaitant être davantage disponibles pour leurs enfants. De ce constat est né le terme de Mampreneure (ou Mumpreneure). Ce concept provient des Etats-Unis (mompreneurs) et a été adapté en France sous le nom de « Mampreneurs » en 2008-2009. Le réseau a déposé la marque et l’a récemment féminisée pour donner « Mampreneures ».

Cette semaine, j’ai le plaisir de vous partager le témoignage de Christina, slasheuse et Mampreneure. J’ai été impressionnée par son parcours éclectique et audacieux. Et je suis sûre qu’il pourra en inspirer plus d’un !

Christina, Mampreneure et slasheuse.

Son parcours jusqu’à devenir Mampreneure

Christina est ce qu’on appelle une slasheuse. Elle est à la fois traductrice et interprète, formatrice en langues, praticienne en aromathérapie et en réflexologie plantaire. “Je suis une entrepreneure multi-casquettes qui exerce des métiers qui la font vibrer”. Elle habite à Lyon et est maman de deux jumelles de 8 ans. Originaire de Liège en Belgique, elle est née au sein d’une famille croate. 

Ses débuts dans la traduction

“Aussi loin que je me souvienne, j’ai toujours voulu écrire, traduire et parler plusieurs langues. J’étais déjà interprète malgré moi. Ma grand-mère croate ne parlant pas français, la traduction était une seconde nature. Même les émissions de Jean-Pierre Foucault y passaient !” Après son bac, Christina se dirige donc vers des études de traduction à Bruxelles. Elle obtient son diplôme en 2003. 

Elle commence son parcours professionnel en remplaçant des professeurs d’anglais. Puis, elle rejoint l’agence Auxipress à Bruxelles en tant que Media Analyst. Son quotidien se partage entre lecture de la presse étrangère, analyses, traductions et voyages pendant 4 ans. “Un travail passionnant, chaque jour différent, que j’ai quitté en août 2007, sur un coup de tête, après qu’un Lyonnais me l’a faite tourner ». 😍

Quelques années de salariat

Suite à son emménagement à Lyon, Christina trouve un poste de standardiste au sein d’ATC Groupe, une entreprise spécialisée en impression numérique grand format. Alors qu’il devait s’agir d’un boulot alimentaire temporaire, Christina y reste plusieurs années en évoluant de standardiste à assistante de direction. Sa polyvalence lui a permis de grimper les échelons et de s’épanouir dans ce travail. 

En juin 2011, elle saute le pas en devenant auto-entrepreneure dans la traduction. Néanmoins, elle exerce cette activité en parallèle de son emploi salarié. Comme pour beaucoup de freelances, cette phase “test” lui permet de conserver la sécurité d’un salaire tout en développant son activité entrepreneuriale

“Un mois plus tard, surpriiiise ! J’apprenais que j’allais être l’heureuse maman de jumelles. J’ai tout arrêté pour me consacrer à l’arrivée de mes bébés”.

Devenir Mampreneure, c'est faire preuve de beaucoup de courage et d'organisation.

Devenir Mampreneure

En septembre 2014, Christina reprend son emploi de salariée à la suite de ses congés maternité et parental. Elle se rend vite compte que celui-ci ne lui convient plus. “L’envie de faire ce que j’aime, d’être libre et surtout présente pour mes filles m’est revenue comme un boomerang. Je ne trouvais plus ma place dans l’entreprise ni de sens à mon travail”.

Finalement, elle a le déclic en Juin 2015. Le Vendredi, elle prend la décision avec son mari et le Lundi suivant elle annonce son départ. Plus de retour en arrière possible. Elle commence donc son aventure de freelance en tant que traductrice, interprète et formatrice en langues. 💪

“J’ai 1001 idées à la minute et beaucoup de centres d’intérêt différents”. Christina commence à travailler dans le marketing de réseau (aloe vera) en 2017. Cette approche du bien-être lui donne envie de se former en aromathérapie en 2018 puis en réflexologie plantaire en 2019. “Je devais ouvrir mon cabinet de réflexologie plantaire le 1er avril 2020 mais la situation sanitaire actuelle m’oblige à patienter”. 🤷‍♀️

Et tout cela, en étant Maman de deux petites filles !

Être Mampreneure, une organisation en béton

Comme vous pouvez l’imaginer, être slasheuse ET Mampreneure demande une organisation sans faille. Et comme tout cela n’était pas déjà assez compliqué, Christina est également Présidente de l’association Jumeaux et plus du Rhône. 

Quelle est son secret ? Son entourage et son réseau. “Rien de tout cela n’aurait été possible sans le soutien de ma famille mais également des Mampreneures, un réseau féminin de mamans entrepreneures ou porteuses de projet”. Christina a rejoint le réseau en 2016 et est aujourd’hui co-responsable de l’antenne à Lyon.

Les idées reçues ont la peau dure

Grâce à ce réseau, elle est témoin quotidiennement des parcours de mères de famille qui se lancent dans l’entrepreneuriat. Cela attire de plus en plus de monde puisqu’il permet d’exercer un métier-passion qui a du sens tout en restant disponible pour sa famille. Elle est également témoin de tous les préjugés qui vont avec ce statut de Mampreneure. 

“C’est un véritable défi qui demande une sacrée dose d’audace. Car à la différence d’une maman salariée, nous devons jongler avec les différentes casquettes commerciales, comptables, communication, prospection etc. avec l’ombre de l’insécurité financière qui plane au-dessus de nous”. Et pourtant, les idées reçues ont la peau dure. 

Ces Mampreneures sont souvent confondues avec des femmes au foyer (ce qui est déjà très prenant comme activité). Beaucoup pensent que leur activité n’est qu’un passe-temps qui leur permet de s’occuper quand elles le souhaitent. Parce que, dans l’esprit collectif, une femme qui reste à la maison n’a rien d’une cheffe d’entreprise…  🙄

Pourtant, ces femmes ne travaillent pas moins que vous ou moi. Elles s’organisent simplement différemment pour parvenir à un équilibre entre vie familiale et vie professionnelle. Et, même si je ne sais pas encore ce que cela représente, je sais par mes quelques mois d’expérience que trouver le bon équilibre peut-être très lourd mentalement. Une maman entrepreneure (ou un papa entrepreneur), c’est un parent qui sait passer d’un bilan comptable à un rendez-vous chez le pédiatre. Ce sont également, pour certains, des chefs d’entreprise qui se lèvent à 5h du matin, deux heures avant les enfants, pour pouvoir prendre de l’avance sur leur journée de travail. 

Alors, pensez-vous réellement qu’ils/elles font tout cela simplement par loisir ou pour “passer le temps” ? 🤔

La force du réseau des Mampreneurs !

La force du réseau et de l’épanouissement personnel

Evidemment, pour faire face à ces préjugés, les Mampreneures s’appuient sur un réseau solidaire et bienveillant. “Je suis ravie d’avoir trouvé un réseau qui partage mes valeurs ! Lors des “MamCafés” qui ont lieu un jeudi matin par mois, nous partageons nos hauts et nos bas, échangeons nos bonnes pratiques et nous formons sur des sujets “business” ou “développement personnel” avec des intervenant(e)s de qualité”. Dans ce réseau, tous les métiers sont représentés, de l’avocate à la décoratrice d’intérieur.

Et puis on ne va pas se mentir, les remarques malveillantes proviennent généralement de deux choses : l’ignorance ou la jalousie. “La liberté et la flexibilité qu’offre ce choix de vie n’ont pas de prix et nous permettent de tenir coûte que coûte !” Et mon petit doigt me dit que les personnes qui jugent ce statut sont celles qui regrettent de ne pas oser se lancer dans la superbe aventure de l’entrepreneuriat. 😏

Les deux leçons apprises par Christina

Après ce parcours riche en expériences diverses, Christina retient deux leçons fondamentales. Tout d’abord, il s’agit de l’importance du réseau. “Sans réseau (virtuel et physique) il n’y a rien. Le réseau est partout, même là où on ne l’attend pas”. Et je ne pourrais être plus en accord avec cela ! Lorsque l’on imagine la vie d’un freelance, on pense souvent qu’il s’agit d’un quotidien assez solitaire. Et pourtant… On ne soupçonne pas toute l’entraide et la bienveillance qui se dégage de ce réseau. 👩🏻‍🤝‍🧑🏻

La deuxième leçon de Christina est la même que celle retenue par Axelle dans son témoignage. “Suivre son instinct ! Il ne nous trompe jamais !” Encore une fois, je ne peux qu’être d’accord. Je répète souvent aux futurs freelances qui me contactent qu’on ne peut pas tout prévoir. Beaucoup de choses se jouent à l’instinct. On tente, on se trompe et on s’améliore. Etre freelance, c’est aussi une question de feeling.

Un grand merci à Christina pour avoir répondu à mes questions ! 🙏 Vous pouvez la retrouver sur son site Internet ici 👀

Et vous, quelle est votre belle histoire ?

Dites-moi tout ! 📢

2 réponses sur “La belle histoire de Christina : une Mampreneure aux multiples casquettes”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *