Mon meilleur conseil pour vous, futurs freelances !

Depuis que j’ai publié mon bilan des 6 premiers mois en freelance, j’ai reçu de nombreux messages de personnes souhaitant se lancer également dans cette aventure. Ils se posaient de nombreuses questions sur la stratégie de communication à mettre en place ou sur la meilleure façon de prospecter. Quelqu’un m’a même demandé comment choisir les bonnes personnes à ajouter sur LinkedIn. Naturellement, ils étaient à la recherche du conseil qui les rassurerait.

Je vous dévoile mon meilleur conseil pour réussir en freelance !

Quel est le problème ?

Le problème dans tout ça ? C’est que la plupart d’entre eux cherchent à tout prévoir avant de débuter. Ils veulent définir leur stratégie marketing en amont, préparer leurs outils de prospection ou encore construire leur réseau avant même de commencer quoi que ce soit. 

Ce comportement est parfaitement normal. J’ai réagi de la même manière lorsque j’ai décidé de me lancer sérieusement dans l’entrepreneuriat. Je voulais avoir l’avis d’autres freelances sur les tarifs à appliquer, sur la manière dont ils entretenaient leurs relations clients. Je voulais définir clairement absolument tous les facteurs qui composaient mon business. 

Et puis finalement, la fin de mon alternance est arrivée et il a fallu se lancer. Je ne me sentais clairement pas prête. Je n’avais pas de site Internet, pas de référence et encore moins de cartes de visite. Mais j’ai trouvé mon premier client et… il fallait bien se mettre au travail. Même si tout n’était pas parfait.

Mon meilleur conseil pour devenir indépendant

Mon conseil est simple : lancez-vous ! Vous ne pourrez jamais tout prévoir. Et d’ailleurs, ça ne sert à rien de le faire. Parce que finalement, si vous essayez de tout prévoir à l’avance, vous allez le faire selon vos “prédictions”. Je pense que mon client va rechercher ça donc je vais rédiger des articles sur tel sujet. Sauf que, au bout de quelques mois d’activité, vous allez très vite vous rendre compte que toutes vos croyances ne sont pas nécessairement vraies. 

Personnellement, j’ai commencé mon blog en Septembre avec des articles sur des sujets très variés, d’actualité ou non. Je rédigeais en fonction de mes envies. Et j’avais environ une dizaine de vues sur chacun de mes articles. Pas ouf… Donc je me suis adaptée et j’ai choisi une ligne éditoriale plus précise. Et ça marche beaucoup mieux !

Pour la prospection, je pensais qu’il était intéressant pour moi de me rapprocher d’agences de communication car celles-ci pouvaient m’apporter des missions régulières. Et puis finalement, je me suis rendue compte que mes tarifs étaient trop élevés pour eux. Attention ! Je ne dis pas que mes services étaient trop chers. Ils l’étaient simplement pour cette cible. Alors j’ai arrêté de prospecter les agences (et je n’ai pas baissé mes prix !). 

Mon conseil est simple : adaptez-vous !

Vous ne pourrez jamais tout prévoir

Même si vous arrivez à prévoir votre plan de communication, votre stratégie de prospection et tout le reste correctement, il y aura toujours des facteurs imprévisibles. Un exemple au hasard : qui aurait pu prévoir qu’un virus viendrait mettre tout le pays à l’arrêt ? 

La grande force d’un freelance, ce n’est pas de tout prévoir. C’est de savoir s’adapter à n’importe quoi. Un client qui ne paye pas ? On s’adapte. Un retour négatif sur votre site ou vos réseaux sociaux ? On s’adapte. Un virus qui ralentit l’économie mondiale ? On se soutient et… on s’adapte. 

A ceux qui m’ont demandé si j’avais prévu toute ma communication avant de me lancer, la réponse est simple. “Je pensais que oui”. Je pensais avoir trouvé LE contenu qui m’apporterait des clients et qui me démarquerait des autres indépendants. Mais je me suis rendue compte que ce n’était pas le cas. Et que c’était tout à fait normal. 

Réussir en tant que freelance, c’est aussi une question de feeling. Il faut aussi développer votre instinct. Vous ne sentez pas trop un client ? Vous avez l’impression que la collaboration va être compliquée ? Peut-être devez-vous refuser la mission. Ou demander un acompte pour s’assurer de la bonne volonté du client. Mais pas d’inquiétude, vous développerez cet instinct avec le temps. 

Alors voici mon conseil : ne cherchez pas à tout maîtriser. Vous perdrez votre temps et votre énergie. Apprenez plutôt à réagir et à être proactif face aux aléas du direct ! Ce sera là votre plus grande force. 

PS : Ceci étant dit, j’espère que vous prenez tous soin de vous et de vos proches. Gardez le moral, ça vous aidera à garder la santé. Prenez du temps pour vous. Ne soyez pas trop exigeant envers vous-même. Continuez de sourire !