Marie CIM

La belle histoire d’Eugénie, ou comment oser se lancer ?

  • 15 décembre 2020
  • Par Marie CIM

J’adore interviewer des gens qui ont eu plusieurs vies. Et c’est un peu le cas d’Eugénie. Une première vie dans la chimie et une nouvelle dans la pratique du yoga : elle vous raconte sa transformation. Elle vous explique l’importance de prendre le temps de s’écouter afin d’oser se lancer. Et vous, vous prenez le temps d’écouter ce que vous dit votre corps et votre cœur ? ?

Eugénie a appris à oser se lancer dans une reconversion pour devenir professeure de yoga.

Les études supérieures : un premier challenge pour Eugénie

Eugénie a 32 ans et elle vit en banlieue parisienne. Durant ses études, elle a la chance d’intégrer de bons établissements scolaires, notamment une prépa physique-chimie à Paris. La première année se déroule à merveille mais la deuxième année se transforme en enfer sur terre pour Eugénie. “Avec le recul je peux dire que j’étais en dépression à ce moment-là ». ? Sa scolarité devient alors une véritable épreuve, elle s’apprête même à tout abandonner 3 mois avant ses concours. « Quand on arrive en prépa, on sait que ça va être dur, mais on a peu d’outils et peu de parole à ce moment-là pour vraiment se soutenir et s’en sortir ». Cela n’empêche pas Eugénie de créer de belles amitiés dans une détresse commune. 

Finalement, après une période de profond mal-être, elle réussit à intégrer une école supérieure de Chimie , où elle passe trois belles années à “étudier, faire la fête et voyager”. Et parce que la vie n’est pas toujours si simple, Eugénie commence à souffrir de maux de têtes à la même période. “Pas une seconde ne se passe sans que j’aie mal. Là encore j’ai l’impression de sombrer petit à petit”. Par chance, elle finit par rencontrer un médecin qui réussit à soigner ses symptômes deux ans plus tard. ?‍⚕️

L’expérience forge une personnalité

En 2014, Eugénie part s’installer en Belgique, à Anvers plus précisément. Elle y réalise la majorité de sa carrière dans les encres industrielles. “C’était une super expérience que ce soit dans l’entreprise ou à Anvers”. 

Grâce à ce cadre de vie propice aux rencontres, Eugénie se découvre une passion pour le zéro déchet. Il ne s’agit pas d’une simple passion passagère puisque le zéro déchet aura un énorme impact sur son mode de vie. ? Cette même année, Eugénie a une deuxième révélation : le yoga. Elle y retrouve des valeurs de respect de soi, de son prochain, et de notre planète. Le yoga rejoint alors ses préoccupations environnementales et lui révèle une nouvelle voie professionnelle.

Une reconversion grâce au yoga

Eugénie a toujours rêvé de faire un métier en rapport avec le sport et surtout au contact des gens. Sa passion grandissante pour le yoga apparaît comme une solution parfaitement adaptée à ses aspirations. 

Comme pour beaucoup d’entrepreneurs, cette révélation s’accompagne de nombreux questionnements. “Pourquoi est-ce que je fais ce que je fais ? Est-ce que je peux faire autre chose ? Oui mais si ça ne marche pas ? Est-ce que je pourrai faire du yoga toute ma vie ? Est-ce que je vais gagner assez d’argent ? Quitter un emploi en salariat pour être indépendante c’est pas trop risqué ? Et si je tombe malade ? etc.”. ?

Après de nombreuses recherches et réflexions, Eugénie décide de se lancer et de démissionner… en plein confinement ! (petite remarque : bon dieu, vous êtes tellement nombreux à vous être lancés en cette période. Quel courage ! Je vous tire mon chapeau)

Eugénie devient donc professeure de yoga et praticienne de massage thaï à plein temps. Pour cela, elle a déjà suivi de nombreuses formations et, surtout, elle a réussi à abattre les obstacles psychologiques qu’elle s’était imposés. Et bien souvent, il s’agit là du plus dur. Aujourd’hui, elle déborde d’idées, de projets déjà lancés ou à venir. Vous pouvez suivre son actualité sur son compte Instagram.  ⬅️

Eugénie est devenue professeure de yoga et praticienne de massage thaï.

Savoir s’écouter

Si l’on devait retenir une leçon du parcours d’Eugénie, ce serait d’apprendre à s’écouter vraiment. “S’écouter vraiment, c’est écouter sans jugement son mental mais également son corps, et ne pas être dans une lutte permanente contre qui on est ni ce qu’on ressent”. D’ailleurs, Emilie nous donnait le même conseil il y a quelque temps dans son portrait sur le blog. Écouter son ressenti intérieur lorsque quelque chose ne va pas n’est pas chose facile. 

Pour cela, il faut se laisser le temps de la réflexion sans se mettre d’obstacle. Gardez bien en tête qu’il n’est jamais trop tard pour évoluer et pour changer (même après plusieurs années à travailler dans la chimie ?). Alors puisqu’il est possible de changer de voie à tout moment, “faisons en sorte que ça soit dans la bonne direction”. 

C’est son expérience qui a permis à Eugénie de savoir repousser ses limites et persévérer. Elle a eu beaucoup de doutes tout au long de son parcours, dès la prépa, où elle doutait d’être à sa place. Elle a retrouvé ce doute et ce mal-être dans son travail en entreprise, qu’elle s’est forcée psychologiquement et physiquement à continuer.

Oser se lancer !

À présent, Eugénie a réussi à suivre ce que lui disait son cœur. Elle a osé. Et c’est le plus dur. Beaucoup restent bloqués dans la phase de réflexion. Et même si celle-ci est essentielle, elle ne doit pas repousser sans cesse le passage à l’action. ?

Lorsqu’Eugénie a découvert le yoga, elle s’est vite rendu compte de tous ses bénéfices. Elle a surtout pris conscience que cette pratique ne peut pas tout arranger lorsque l’on n’est pas à sa place.

“Ce n’est pas en 5 minutes de méditation que tous nos problèmes se règlent. Le déclic peut arriver après plusieurs semaines voire plusieurs mois de pratique. Dans une société comme la nôtre, celle du « tout, tout de suite », c’est difficile à accepter et à appliquer”. Pourtant, cet alignement entre ce que l’on est et ce que l’on fait rend les choses tellement simples par la suite. ?

C’est grâce à cet alignement qu’Eugénie a trouvé le courage de tout quitter pour prendre un nouveau départ et s’épanouir dans un domaine qui lui plaisait depuis très longtemps. Ces décisions, qui peuvent paraître difficiles à prendre d’un point de vue extérieur, sont finalement des évidences lorsque l’on a pris le temps de savoir ce que l’on avait besoin.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *