Zevent, ou comment tordre le cou aux idées reçues

J’aurais pu vous parler de la victoire française au rugby ou des manifestations à Hong Kong, en Egypte ou ici en France avec la marche pour le climat, mais non. L’événement qui m’aura marqué ce week-end, c’est Zevent ! Tous les gamers et les adeptes de la culture geek parmi vous savent exactement de quoi je parle et se disent probablement qu’en effet, c’est beaucoup plus intéressant que de parler de rugby. 

Si j’ai choisi d’en parler, ce n’est pas spécialement parce que je trouvais ça plus intéressant que le reste des actualités. J’ai décidé d’écrire sur le sujet parce que :

  • je voulais parler de quelque-chose de positif (marre des infos anxiogènes)
  • j’aime beaucoup tordre le cou aux idées reçues, et c’est exactement ce que fait Zevent. 
Photo de groupe du Zevent

Zevent, un rassemblement de gamers au grand cœur

Pour être honnête avec vous, si je n’avais pas un entourage adepte des jeux vidéos, je n’aurais peut-être jamais entendu parler de cet événement. Si vous êtes comme moi mais sans amis gamers autour de vous, je vous fais un petit résumé. 

Zevent est un marathon caritatif de jeux vidéos. Il s’agit donc d’un rassemblement de gamers, c’est-à-dire de personnes qui jouent à des jeux vidéos, partageant en live ou non leurs parties sur des plateformes telles que YouTube ou Twitch (pour faire simple). Le temps d’un week-end, ces gamers jouent en live afin de récolter des dons de la part des spectateurs. 

Ce rassemblement a eu lieu ce week-end pour la troisième édition. La première édition avait récolté plus de 500 000 euros en 2017 pour la Croix Rouge. En 2018, ils avaient doublé les dons en reversant 1,1 millions d’euros à Médecins Sans Frontières. Cette année, Zevent a dépassé toutes les attentes en atteignant la barre des 3,5 millions d’euros pour l’Institut Pasteur

A l’origine de cet événement caritatif, Adrien Nougaret, alias ZeratoR. Il a 29 ans et est originaire de Montpellier. A la fois commentateur de compétitions esport et dirigeant d’un studio de développement de jeux vidéos, ZeratoR est également à la tête de l’organisation du Zevent depuis 2017. 

ZeratoR est à la tête du Zevent
© Yacha Hajzler / France 3 CVDL

Zevent 2019 défie toutes les espérances

La troisième édition de l’événement avait pour but de récolter des fonds pour l’Institut Pasteur. Adrien Nougaret explique : “on essaie de prendre des associations qui font un peu l’unanimité, qui sont assez grosses, qui sont reconnues d’utilité publique”. Il souhaitait mettre en avant l’activité de recherche qui est accomplie par l’Institut Pasteur et qui est selon lui de moins en moins reconnue. 

Avec une deuxième édition qui avait déjà doublé les gains par rapport à l’année précédente, les attentes étaient hautes. Mais le bilan a dépassé toute espérance. Avec près d’une cinquantaine de streamers (contre une quarantaine l’année dernière), l’événement avait toutes les cartes en main pour ramener du monde, et des dons bien entendu. Le travail de ses gamers a payé puisqu’ils ont réussi à lever plus de 3,5 millions d’euros de dons, soit 2 millions de plus qu’en 2018. In-cro-yable ! 

Pour inciter les spectateurs à donner, chaque streamer, peu importe sans envergure, décidait de donation goals ou d’objectifs de dons. Sur sa propre cagnotte, il fixait des étapes à atteindre et s’engageait à réaliser un défi si cet objectif de dons était atteint. C’est ainsi par exemple que l’un des gamers a du rentrer de Montpellier, où se déroule Zevent,  jusque Marseille en vélo. 

Les donation goals du Zevent
https://twitter.com/ZEventfr

On en dit quoi maintenant des « geeks » ?

S’il y a bien une chose qui m’énerve, ce sont les préjugés intergénérationnels. Cela englobe beaucoup de choses mais ça tourne quand même souvent autour de notre dépendance aux nouvelles technologies. Et alors, quand EN PLUS de ça, vous êtes passionné par les jeux vidéos, n’en parlons pas !

Bien sûr, l’objectif premier du Zevent est de récolter des dons pour venir en aide à une association. Mais au-delà de ça, ces streamers montrent que l’on peut être jeune, passer une bonne partie de son temps derrière un écran ET garder un sens du partage et de la solidarité. Ils prouvent fièrement que notre génération n’est pas individualiste, coupée des réalités et j’en passe. 

Je vous parlais la semaine dernière du débat “Nouvelles Technologies vs Humain”. Et bien, les manifestations caritatives comme Zevent nous montre que lorsque l’un fonctionne avec l’autre, nous sommes capables d’accomplir de belles et grandes choses. La technologie au service de l’Homme peut rapprocher, divertir et aider ceux qui en ont besoin. 

ZeratoR félicite les streamers de l'événement
https://twitter.com/ZEventfr

Bravo, et merci, à tous les organisateurs de cet événement, à toutes les petites mains qui le rendent possible et à tous les streamers qui mettent leur métier et leur réputation au service d’une bonne et grande cause. A l’année prochaine !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *